Crédit

Conseils pour détecter les frais cachés d’un prêt immobilier

Effectuer un emprunt bancaire ou dans un établissement financier nécessite des frais supplémentaires lors du remboursement du capital prêté. Effectivement, le coût d’un crédit immobilier inclut le taux d’intérêt, la somme totale prêtée ainsi que les frais. Pour cela, quelques conseils seront nécessaires pour détecter les frais cachés dans un crédit immobilier.

Savoir tous les frais possibles

Pour un prêt immobilier, les frais annexes regroupent tous les frais liés à la garantie emprunteuse, les frais de dossiers, les frais de garanties et plusieurs autres encore. Particulièrement, les frais de dossier couvrent tous les travaux nécessaires pour constituer le dossier de demande de prêt immobilier.

Il peut représenter jusqu’à 1 % du capital que le particulier emprunte. Généralement, ils sont compris entre 600 à 1 000 euros en moyenne. Il faut savoir que chaque banque possède ses propres frais de dossier et ces derniers sont négociables. Si le profil de l’emprunteur est jugé « excellent » ou « bon », il peut avoir une réduction pouvant atteindre jusqu’à moins 50 %.

Bien choisir entre la caution et l’hypothèque

La caution ou l’hypothèque sont des garanties gardées par la banque ou l’organisme de crédit qui accorde le prêt. Ceci est fait pour qu’ils puissent se protéger contre d’éventuels impayés. Par ailleurs, la solution la plus connue est l’hypothèque même si dans certaines mesures elle laisse place peu à peu à la caution.

Quelle que soit la solution choisie par l’emprunteur, chaque procédure a un coût qu’il faudra payer lors de la première signature du contrat de prêt. Il faut savoir que l’hypothèque peut entraîner d’autres frais supplémentaires (émolument du notaire, droits de timbre et taxes de publicité foncière).

D’une manière générale, il faut compter 1,5 % du montant emprunté pour l’hypothèque et 1 % pour la caution.

Bien choisir les assurances du crédit immobilier

Le taux du crédit immobilier est généralement hors assurances. Afin de connaitre la somme totale du crédit, il faut additionner le prix de l’assurance décès invalidité. Juridiquement, elle n’est pas obligatoire, mais ce sont les organismes de prêt qui l’impose avant toute souscription à un crédit immobilier.

C’est cette assurance qui permet de prendre en charge le remboursement du capital restant en cas d’invalidité totale ou de décès de l’emprunteur. L’assurance de crédit représente jusqu’à 0,30 % du montant emprunté en moyenne.
Il faut noter que la loi Lagarde de 2010 n’oblige aucun souscripteur d’un prêt immobilier à se souscrire à l’assurance décès invalidité.